Association de Sauvegarde du Patrimoine Historique et naturel d'Orgelet et sa Région

Association de sauvegarde du patrimoine historique et naturel d'Orgelet et sa région

La cité et sa région > Florilège des articles d'André Jeannin > publiés en 1998 > Histoire de borne  

Un peu d'histoire autour d'une borne de délimitation d'un territoire forestier datant de 1614.

Les armoiries orgeletainesLe chemin cabossé bordé de framboisiers, ombragé par les grands arbres de la forêt, vestiges de l'ancien tracé de la route Orgelet-Onoz conduit à une borne en pierre que délimite le territoire fo­restier d'Orgelet et celui d'Onoz. Cette pierre rectangulaire de 50 cm de hauteur, 28 cm de largeur et 12 cm d'épaisseur découverte récemment fut immédiatement pro­tégée, car elle fait partie du patrimoine historique. En effet sur ses deux faces est gravée la date de 1614 et d'un côté figure, incrusté dans la pierre un écusson portant trois épis d'orge, de l'autre un autre écusson sur lequel sont sculptés des losanges.

Et bien sûr, d'interroger l'his­toire. Cette pierre limite des terri­toires forestiers. En 1614 la France vit sous la régence d'Anne d'Au­triche, mais la Franche-Comté n'est pas encore française, elle fait par­tie de l'héritage bourguignon qui appartient à l'Espagne. Les trois épis d'orge sur la pierre sont les armoiries données à la ville d'Or­gelet, au milieu du XVe siècle par Charles Quint, quand il lui accorda le droit seigneurial de justice et le titre de ville bailliagère. Pas d'erreur donc : depuis 1614 cette partie de la forêt est sur le territoire orgeletain.
Le blason de la seigneurerie des VirechatelQue symbolise alors sur l'autre face les trois losanges (deux en haut, un plus bas). Ce n'est pas une armoirie, le village d'Onoz n'en a ja­mais obtenu. Il s'agit probablement du blason de la famille noble descendant des seigneurs de Virechatel qui possédaient un château à Onoz. A cette époque la seigneurie de Virechatel appartient aux des­cendants de Pierre Morel noble orgeletain, écuyer, qui l'avait achetée en 1540. Son unique arrière-pe­tite-fille Antide épousa en 1623 Cé­sar du Saix, baron d'Arnans, chef des partisans qui défendit avec sous ses ordres Lacuzon, la province, contre l'invasion française en 1639.
Or à cette époque, pour réparer son château Pierre Morel qui dé­testait les Chartreux envoya les gens d'Onoz dans les forêts de la Chartreuse de Vaucluse qui cou­pèrent tout le bois nécessaire. Cette coutume de se servir dans la fo­rêt des autres, suscita de nombreux procès et par l'installation de bornes limites, le désir de bien situer son territoire forestier.

Il devait certainement avoir d'autres bornes. Peut-être en re­trouvera-t-on dans les années prochaînes ?

André JEANNIN
Article paru dans le Progrès le 26/7/1998

Aricia - Le spécialiste internet du Jura

site créé avec Agestis , système de gestion de contenu