Association de Sauvegarde du Patrimoine Historique et naturel d'Orgelet et sa Région

Association de sauvegarde du patrimoine historique et naturel d'Orgelet et sa région

La cité et sa région > Florilège des articles d'André Jeannin > publiés en 1999 > autrefois la Poste  

L'Hôtel de Ville et la poste d'Orgelet au début du XXème siècleAu début du siècle, la poste occupait l'angle de la boulangerie Jouseau actuelle place Saint-Louis (place des Déportés de nos jours). Le courrier était transporté par des diligences jaunes de la maison Bon­net, avec coupé intérieur, tirées par trois chevaux. L'une venait de Lons et s'arrêtait à l'entrée d'Orgelet par­ce que là se trouvait le bâtiment où s'effectuait le changement de che­vaux.
Le conducteur jetait aux fac­teurs les sacs des dépêches qu'ils chargeaient sur leur dos et on allait les trier au bureau de poste de la place Saint-Louis. Le courrier re­partait un quart d'heure plus tard avec les nouveaux sacs de dé­pêches pris à la poste qu'il déposait à Moirans puis à Saint-Claude. A la même heure, arrivait à Orgelet le courrier venu de Saint-Claude qui portait aux divers trains partant de Lons, les dépêches du haut Jura. On se croirait presque encore à l'époque Louis quatorzième, quand Mme de Sévigné écrivait à sa fille Mme de Grignan et que ses épîtres mettaient très longtemps à lui par­venir.

La poste d'Orgelet (Jura)En 1910, le maire Vernier et son conseil municipal décidaient de construire un nouveau bâtiment des postes aux Prés-Catelins. De dimensions modestes, il compre­nait une unique salle au rez-de-­chaussée pour le public, le receveur et son employé et à l'étage, le logement du receveur. Cinquante ans après, les multiples fonctions de la poste, l'installation du télé­phone automatique, les besoins de clients plus nombreux devaient amener le maire Pierre Futin à étu­dier les possibilités d'agrandisse­ment des locaux, une trop lourde charge pour la commune, acceptée par la Direction départementale après des pourparlers qui durèrent quatre ans. Le 16 juin 1960, les tra­vaux pouvaient commencer à la seule condition que la cession de l'ancien bâtiment soit gratuite. Ain­si, était ajoutée une aile de forme rectangulaire, plus basse dans la­quelle s'installaient les services.

Au bureau de poste des années 30, on se souvient d'une pièce exi­guë, barrée d'une banque qui s'ou­vrait sur deux guichets où appa­raissaient des fonctionnaires logés derrière, seulement les visages chaussés de lunettes de myope et chargé d'une moustache à la gau­loise pour le receveur, austère, sans attrait pour la « préposée » qui se doit d'être de méchante humeur. Les clients faisaient timbrer leurs lettres, utilisaient le téléphone, car peu de ménages le possédaient à la maison. L'employée quittait son guichet pour parvenir jusqu'à un grand tableau plaqué au mur, per­cé d'alvéoles dans lesquelles elle enfonçait avec des gestes d'auto­mate, deux fiches. Aussitôt reten­tissait une sonnerie dans la cabine, à droite de la porte d'entrée où s'en­gouffrait la clientèle, pour une dis­cussion chronométrée.
Au guichet voisin, on pouvait acheter des timbres de toutes cou­leurs vert, bleu, cyclamen, brun, rouge, de prix différents : cinq, six, quinze, vingt centimes, traduits en langage sous, sachant que cinq centimes font un sou, mais avec toujours le même motif : la se­meuse, symbole d'une France dis­pensatrice d'idées généreuses. Et puis la poste c'était le facteur qui en 1930 n'était pas tout à fait à l'ima­ge de celui d'aujourd'hui. Pour les gens des villages, en particulier, il était considéré comme l'homme providentiel, porteur du courrier à domicile bien sûr à pied ou à bicy­clette, mais aussi l'homme le plus attendu qui apprenait les derniers,­événements du chef-lieu, le confident de la plupart, réconfortant les sceptiques, encourageant les amours, prodiguant ses conseils, écrivant même les lettres des gens peu doués, car le facteur à cette époque était titulaire du certificat d'études, diplôme de grande valeur. Malgré son uniforme bleu à liseré rouge et son képi il n'avait pas, l'obsession de la discipline, le respect des horaires, le culte des in­terdits, aussi, il n'hésitait pas de perdre quelques minutes pour discuter et même de s'attabler pour boire un verre. Il avait bien raison ma fois.

André Jeannin
Article paru dans "Le Progrès"

Retrouver toutes les photos de la Poste d'Orgelet

Aricia - Le spécialiste internet du Jura

site créé avec Agestis , système de gestion de contenu