Association de Sauvegarde du Patrimoine Historique et naturel d'Orgelet et sa Région

Association de sauvegarde du patrimoine historique et naturel d'Orgelet et sa région

La cité et sa région > Florilège des articles d'André Jeannin > publiés en 1998 > Quand les associations locales fréquentaient 'La Valouse'  

L'hôtel de La Valouse n'était pas seulement le rendez-vous des gastronomes des artistes et des personnalités il accueillait de nom­breux dirigeants et adhérents des diverses associations orgeletaines parce que Raymonde, native de la localité, connaissait tout le monde et parce que son époux « l'Albert » multiplia très vite ses activités et ses responsabilités au sein des socié­tés.
Le gagnant d'un concours du Progrès en vacances à La Valouse s'est passionné pour les boulesAinsi les footballeurs de l'ex­cellente équipe promotionnaire d'après-guerre, qui se retrouvaient déjà tous les samedis soir à l'hôtel de Paris quand le couple Collomb en était le gérant pour disputer avec l'arbitre de la rencontre du lende­main Jules Verne des parties de ta­rot avant de déguster les « amourettes » apportées par le joueur-boucher Chariot, fréquen­tèrent bien sûr l'hôtel de La Valou­se. On les retrouvait à l'apéritif du dimanche, disputant « une guinche » ou « une vache » où les après-midi dominicaux de pluie pour des parties de tarot où la moindre erreur était proscrite. L'en­tente Valouse-USO était si parfaite que le banquet d'inauguration vit les joueurs, garnir les tables de bouteilles de bon vin obtenues aux tournois de sixte... et l'Albert invi­ter quinze jours dans son établis­sement l'entraîneur sochalien Monanges qui peaufina la technique des footballeurs orgeletains.
Grenoblois d'origine, le pro­priétaire de l'hôtel de La Valouse est un bouliste de qualité. Dès son ar­rivée à Orgelet avec son ami de l'Isère Karl et de bons joueurs lo­caux tels Albin Farinetti et Hubert Girod, sa quadrette brille dans les concours de la région. L'hôtel construit, on joue aux boules dans les allées du Parc et puis dans le mini-boulodrome construit au front du bâtiment. Jeux difficiles où s'en­traînent régulièrement sous la pré­sidence d'Albert Collomb, qu'à Mouchard la quadrette orgeletaine, Jeannin, Pochard, Peruchon, Mouret pour la première fois depuis l'existence du club deviendra cham­pionne départementale honneur et représentera le Jura au champion­nat de France à La Baule.
Ces deux jeux de boules attireront en vacances à l'hôtel de passionnés champions de « l'intégrale » qui disputeront des parties héroïques avec les meilleurs Iocaux. Ne vit-on pas même un Lyonnais gagnant d'un concours du Progrès, donc de quinze jours de vacances à l'hôtel, délaisser les baignades au pont de la Pyle, poùr jouer aux boules ! et son épouse était une fervente supporter.

Les salles au sous-sol étaient meublées de tables de ping-pong et d'un billard. Sur le tapis vert de ce dernier, les billes téléguidées par des champions émérites qui réalisaient des séries impression­nantes faisaient bailler les néophytes d'admiration par leurs ré­tros, les effets pris sur les bandes, leur placement pour réaliser facilement un nouveau point. Sur lrs tables de ping-pong, la balle en­diablée giclait comme une fusée, amorçait des bonds capricieux, changeait inopinément de direc­tion et les textes des spectateurs tournaient au rythme de la balle. Les tournois organisés créaient l'événement.
Rendez-vous des chasseurs devant "La Valouse"C'est aussi à l'hôtel de La Va­louse que sont réunis pour la prémière fois de sa création les adhé­rents à l'U.C.O. qui venaient d'organiser la première quinzaine commerciale qui avait relancé le commerce et l'artisanat locaux, fait cesser les jalousies, satisfait la clien­tèle car les lots étaient d'impor­tance - une Citroën en premier prix - et la fête à l'occasion du tirage avait été somptueuse.
Enfin les chasseurs du canton, qui n'étaient pas encore organisés en A.C.C.A., avaient rendez-vous pour les battues devant l'hôtel de la Valouse. C'était un spectacle in­téressant et étonnant ces hommes tant bardés de cuirs imperméables, fusil à l'épaule, tenant en laisse leur chien providentiel, qui s'apprêtaient à aller traquer le chevreuil ou le sanglier et qui la fin d'après-midi, se retrouveraient à la salle du café pour fêter la réussite de la battue et quelques jours plus tard pour la traditionnelle ripaille« des foies ».

André Jeannin
Article paru dans "Le progrès" du 22/11/1998

Aricia - Le spécialiste internet du Jura

site créé avec Agestis , système de gestion de contenu